Le Tour du Monde en 80 jours, de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino

D'à peu près l'oeuvre de Jules Verne.

Tous les vendredis et samedis à 20h30 du 21 octobre au 17 décembre 2016, et les dimanche 20 novembre et 11 décembre à 15h (voir le calendrier de nos représentations)

Prix des places: 12€, 10€ pour les pensionnés et les étudiants, 8€ pour les comédiens sur présentation d'une carte et 7€ pour les enfants de moins de 12 ans.

Feu moi-même

Mise en scène de Jean-Michel Cuyvers

Avec Françoise Defraigne, Jean-Pierre Burette, Laurent Jadin, Vincent Nyssen et Jean-Michel Cuyvers

Scénographie et décors de Daniel Deswert


La pièce

1872, Londres. Phileas Fogg, gentleman anglais accompagné de Passepartout, son fidèle valet français, lance un pari insensé: faire le tour du monde en quatre-vingts jours. Et c’est dans une véritable course contre la montre qu’ils vont tous les deux tenter de relever ce défi. Mais ce départ fortuit fait de Phileas le suspect idéal pour le récent braquage de la banque d’Angleterre...

La pièce, adaptée du fameux roman de Jules Verne, est une sorte de roadmovie déjanté où se côtoient une princesse indienne en détresse, un Chinois fumeur d’opium, Jack le plus grand loser de l’ouest, l’inspecteur de police le plus nul de toutes les séries allemandes...

Une aventure loufoque et échevelée qui emmène le public en Egypte, en Inde, en Chine puis aux Etats-Unis et où cinq comédiens aux multiples facettes se partagent les 39 personnages à un rythme effréné. Une comédie complètement dingue qui revisite l’oeuvre de Jules Verne de façon originale et anachronique.


L'auteur, Sébastien AZZOPARDI

Auteur, metteur en scène, comédien, producteur de spectacle et depuis 2013 co-directeur du Théâtre du Palais-Royal. Il écrit la plupart du temps ses spectacles en collaboration de Sacha Danino, son ami d’enfance, et s’entoure de comédiens fidèles qui constituent une véritable troupe. En 2002, il écrit et monte son premier spectacle, Les Classiques Contre-Attaquent, au Théâtre de la Huchette. Ensuite, il écrit pour le théâtre du Palais Royal, l’adaptation des «Dix Petits Nègres» d’Agatha Christie, Devinez qui ? et reçoit, à 28 ans, sa première nomination aux Molières (Meilleure Adaptation en 2004).

En 2003, avec Elisa Sergent, il créé sa compagnie de théâtre : la Compagnie Sébastien Azzopardi et monte Le Barbier de Séville de Beaumarchais, puis vient Faisons un rêve de Sacha Guitry, à la Comédie Bastille en 2005-2006, Les caprices de Marianne de Musset, au Lucernaire, en 2009 et L’Éventail de Lady Windermere d’Oscar Wilde, aux Bouffes Parisiens et au Théâtre 14, avec Geneviève Casile et Elisa Sergent, en 2006-2007. Ce spectacle a reçu 5 nominations aux Molières 2007 dont Meilleur Spectacle du Théâtre Public. Mais c’est en écrivant qu’il parvient à marquer le public, en créant, avec Sacha Danino, un univers personnel qui tente de sortir la comédie du salon bourgeois, se servant du registre du théâtre classique, de la commedia dell arte, du cabaret, qu’ils associent à un rythme cinématographique. Ce mélange détonnant de mouvement, de répliques vives et de trouvailles scéniques ont permis à trois spectacles de rester à l’affiche à Paris plusieurs années sans discontinuité.

En effet, en 2016, Le tour du monde en 80 jours fête sa 3.000ème représentation au Splendid, après avoir été créé au Lucernaire (en mai 2006) et avoir été joué 5 ans et demi au Café de la Gare. Après 10 ans de rires, la pièce-phénomène fêtera sa dernière le 14 mai 2016. Mission Florimont a effectué une vraie tournée des salles parisiennes avec plus de 1000 représentations au total. Nomination aux Molières de la Meilleure pièce Comique 2010. Dernier Coup de Ciseaux, à l’affiche depuis 2011, en est déjà à sa 1.500ème représentation au théâtre des Mathurins, elle est jouée simultanément en tournée. Il reçoit enfin pour cette pièce le Molière de la Meilleure Comédie 2014. Tour de force du théâtre interactif, les comédiens «jouent» avec le public lors d’une enquête policière et permet à chaque spectateur de devenir détective le temps d’une soirée.


Un peu d’histoire : du théâtre au roman et... vice versa

Monter Le tour du monde en 80 jours sur scène est parfaitement justifié puisque, à l’origine, Jules Verne avait commencé par en faire… une pièce de théâtre. En 1872, il imagine l’intrigue et le plan de l’histoire, dont il confie la rédaction au dramaturge Edouard Cadol. Puis il s’attelle à la rédaction du roman. Le tour du monde paraît en feuilleton en novembre-décembre 1872, mais la pièce, elle, est refusée par les théâtres.

L’année suivante, Verne se remet au travail pour adapter le roman à la scène, cette fois avec le prolifique auteur Adolphe Dennery. Il provoque alors la colère de Cadol, qui s’estime floué bien qu’on lui promette un quart des droits d’auteur. Verne et Dennery ajoutent des personnages, notamment féminins, et multiplient les duels à l’épée.

Le spectacle est créé en novembre 1874 au Théâtre de la Porte Saint-Martin, à Paris, avec de gros moyens, puisqu’on peut même voir un éléphant sur scène. C’est un triomphe et la pièce reste plus d’un an à l’affiche sans interruption. «Toute la maisonnée veut voir et refaire le Tour du monde, cet étonnant succès», écrivit Victor Hugo aux directeurs du théâtre. La pièce sera reprise pour l’Exposition universelle de 1878, puis montée au Théâtre du Châtelet dès 1886. Elle sera jouée, avec des pauses, plus de soixante ans !

Théâtre Proscenium

Rue Souverain Pont, 28, 4000 Liège

Tél : 0479 82 24 39

info@proscenium.be

Réservations

Par téléphone au 0479/82.24.39

Par e-mail à reservation@proscenium.be

Nos partenaires