Invasion !

Une pièce de Jonas Hassen Khemiri traduit du suédois par Susanne Burstein en collaboration avec Aziz Chouaki

Texte publié aux éditions Théâtrales, éditeur et agent de l’auteur.


Tous les vendredis et samedis à 20h30 du 20 octobre au 16 décembre 2017, et les dimanches 19/11 et 10/12 à 15h00 (voir le calendrier de nos représentations)

Prix des places: 12€, 10€ pour les pensionnés et les étudiants, 8€ pour les comédiens sur présentation d'une carte et 7€ pour les enfants de moins de 12 ans.

Invasion !

Mise en scène de Eugène Egle-Corlin

Avec Nastasja Caneve, Francesco Nobile, Serko Roselmack et Benoît Vieujean

Scénographie de Simon Drahonnet

Régie de Jean-Marie Rigaux

Décors de Daniel Deswert


Le mot du metteur en scène, Eugène Egle-Corlin

Après avoir mis en scène une pièce sur le thème du harcèlement au travail avec Hard Copy de Isabel Sorrente, je désire monter « Invasion! » de Jonas Hassen Khemiri, qui est pour moi un texte aussi acerbe, drôle, et surtout pertinent que le précédent. Le thème est cette fois la peur diffuse de l’étranger, thème ô combien d’actualité. C’est un zapping idéologique, plein d’humour et cinglant en même temps. Cette pièce enchaîne les clichés pour créer un maelström de raccourcis, faisant du premier quidam venu un terroriste en puissance.

Ces derniers temps, suite à cette période d’élections présidentielles en France, nous avons pu constater comment les rumeurs, les fausses informations ont pu circuler et même se substituer à de vraies informations. Ici on ne parle pas directement de politique, mais on interroge notre rapport à l’étranger, et à au manque de rigueur des médias et des informations qui peuvent s’apparenter à de la manipulation. Et ça grince, ça appuie là où ça fait mal et notre bonne conscience en prend pour son grade. On prend conscience de ses propres habitudes de « raciste ordinaire »; comme lorsqu’un des personnages de la pièce se gargarise d’avoir « des voisins qui viennent d’Afghanistan mais qui sont très sympas ».

Invasion !, c’est un peu comme ce furet qui court, qui est passé par ici et repassera par là... Une course poursuite derrière quelque chose dont on n’est même pas certain de l’existence, et si « ça » existe, de quoi s’agit-il exactement? Une rumeur qui peu à peu se transforme en réalité. C’est une bande de mecs un peu nazes, boutonneux, qui ne savent pas vraiment parler ni s’exprimer, et essaient de draguer les filles.

Pour s’inventer une existence, ils ont imaginé un personnage qui s’appelle Abulkasem tout droit sorti des tréfonds du 18e siècle pour envahir une Europe assez raciste. Une pièce de théâtre féroce et efficace qui nous interpelle avec un humour tranchant sur le racisme présent en chacun de nous et cette espèce d’intolérance cachée.

Dès la première lecture de cette pièce je me suis directement vu projeté entre la comédie et la tragédie. cette pièce sera également un réel plaisir pour le public.

« Vos mots peuvent être utilisés contre vous, quoi que vous disiez. Même le silence peut être interprété de façon à rentrer dans les clichés »

L'auteur, Jonas Hassen Khemiri

Né en 1978 à Stockholm, Jonas Hassen Khemiri est considéré comme l’un des auteurs suédois les plus importants de sa génération.

En 2003, à seulement 25 ans, il obtient une notoriété considérable avec la publication de son premier roman, Un rouge œil, best-seller en Suède. Son deuxième roman, qui s’est également vendu à plus de 200 000 exemplaires, Montecore, lui vaut de nombreuses récompenses. En 2012 paraît son troisième roman, J’appelle mes frères, tiré de sa pièce du même nom.

En 2015 il reçoit le prix August (équivalant du prix Goncourt en Suède) pour son roman Tout ce dont je ne me souviens pas, à paraître chez Actes Sud en 2017.

Sa langue romanesque imprégnée de théâtralité lui fait aborder l’écriture dramatique en 2006 avec la commande d’une pièce par le Théâtre municipal de Stockholm, Invasion !, qui se joue à guichets fermés pendant deux ans. En France elle est créée en 2010 au Théâtre Nanterre-Amandiers dans une mise en scène de Michel Didym.

Jonas Hassen Khemiri a écrit à ce jour plusieurs pièces : Cinq fois Dieu, créée en 2008,Nous qui sommes cent, créée en 2009 au Théâtre national de Göteborg et mise en scène en 2015 par le collectif Fluorescence au Théâtre National de Belgique. L’Apathie pour débutants, créée en 2011 au Théâtre municipal de Göteborg, J’appelle mes frères, créée au Théâtre national de Malmö et sélectionnée à la Biennale de théâtre en Suède en 2013.

Jonas Hassen Khemiri a reçu de nombreux prix dont la bourse Henning-Mankell en Suède et le OBIE Award aux États-Unis en 2011. Ses romans sont traduits en français, en allemand, en danois, en norvégien, en finnois, en néerlandais, en hongrois, en italien, en russe et en anglais, et ses pièces sont jouées en Belgique, en France, en Allemagne, en Norvège, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Jonas Hassen Khemiri creuse de façon rare un univers personnel où la langue et l’écriture sont au service d’une recherche sur la nature de l’individu contemporain, révélée au prisme d’une histoire en mouvement, dans laquelle l’immigration et la mondialisation sont les ferments d’un trouble de l’identité.

Théâtre Proscenium

Rue Souverain Pont, 28, 4000 Liège

Tél : 0479 82 24 39

info@proscenium.be

Réservations

Par téléphone au 0479/82.24.39

Par e-mail à reservation@proscenium.be

Nos partenaires